Les affections urinaire du chat

Fermer





Votre mot de passe et votre identifiant vous seront donnés sur simple demande au secrétariat.

Mot de passe oublié Annuler
icone client Identifiez-vous
Contactez-noous Contact
 

Nos conseils

Une série de fiches techniques rédigées par nos soins.

Les affections du bas appareil urinaire (urètre et vessie) sont une pathologie fréquente chez le chat. On les désigne sous le nom de S.U.F. (syndrome urologique félin). Leurs conséquences peuvent être très graves et leurs causes sont diverses : calculs (encore appelés urolithiase), infection bactérienne, tumeurs vésicales, malformations anatomiques. Parfois, on ne parvient pas à déterminer la cause de la cystite (on parle de cystite idiopathique) : c'est le cas de près de 2/3 des chats.
En ce qui concerne les calculs urinaires (urolithiases), et le SUF en général, certains facteurs de risque ont été identifiés :

Les différents types de calculs

Calcul urinaire

Les symptômes

Le chat va très fréquemment uriner, et les mictions sont douloureuses (le chat se plaint et pousse des miaulements de souffrance). Parfois le chat commence à uriner en dehors de ses lieux habituels, hors de la litière. On peut noter la présence de sang dans l'urine (hématurie). La malpropreté est souvent un motif de consultation chez le chat, animal réputé propre.
Les difficultés à uriner peuvent devenir impossibilité. Le chat fait des efforts infructueux pour uriner. Son état se dégrade rapidement : abattement, anorexie, puis prostration. Son abdomen devient très douloureux. Ne pouvant plus éliminer son urine, il s'intoxique avec ses propres déchets. Il présente les symptômes d'un chat insuffisant rénal. En quelques heures il peut mourir de coma urémique. C'est une urgence absolue, car même si le chat survit, les dommages influgés au rein peuvent être irréversibles.

Le traitement

Le traitement d'urgence consiste à « déboucher » le chat, c'est-à-dire à enlever le calcul ou le spasme inflammatoire douloureux qui bloque l'urètre. Pour cela, le vétérinaire anesthésie le chat et réalise un sondage urinaire. Il laisse ensuite la sonde urinaire en place pendant quelques jours afin de vidanger la vessie et de la rincer pour évacuer tous les calculs de petite taille présents dans la vessie.
Souvent, le chat est aussi perfusé afin de relancer la production d'urine et de lutter contre les désordres hydro-électrolytiques et l'insuffisance rénale aiguë dus à l'obstruction.
Un traitement médical est aussi mis en place. Des analgésiques sont prescrits en premier lieu (antiinflammatoires et morphiniques) ainsi que des spasmolytiques urinaires luttant contre les spasmes urétraux douloureux.
Enfin, si les calculs en cause sont des calculs de struvite, des mesures diététiques sont prises afin de dissoudre ceux-ci. En effet, il faut alors donner au chat un aliment de prescription spécial pendant un à deux mois pour que tous les calculs restant dans la vessie soient dissous. En revanche, il n'est pas possible de dissoudre les cristaux d'oxalate de calcium et une intervention chirurgicale (cystotomie) est parfois nécessaire pour les retirer de la vessie.
En cas de récidives fréquentes des calculs et de l'obstruction, une intervention chirurgicale devient nécessaire quel que soit le type de calculs. Il s'agit d'une urétrostomie qui consiste à éliminer la partie la plus étroite de l'urètre où l'obstruction se situe habituellement. Pour cela, il faut amputer le pénis et ramener la portion la plus profonde de l'urètre vers l'orifice génital, ce qui permet au chat d'uriner par ce trou.
La seule prévention d'une récidive réside dans l'utilisation d'un aliment spécial, fabriqué par plusieurs laboratoires. Nous n'avons quasiment jamais observé de récidives sur les chat exclusivement nourris avec cet aliment. Il sera prescrit en croquettes ou en boites suivant la nature du calcul observé en laboratoire. Certains chats nécessitent de manger cet aliment toute leur vie. L'expérience montre que cela ne semble pas leur poser un problème majeur...