La piroplasmose du chien

Fermer





Votre mot de passe et votre identifiant vous seront donnés sur simple demande au secrétariat.

Mot de passe oublié Annuler
icone client Identifiez-vous
Contactez-noous Contact
 

Nos conseils

Une série de fiches techniques rédigées par nos soins.

C'est une maladie due à un parasite des globules rouges, Babesia canis, qui est transmis au chien (et pas au chat), lors d'une morsure par une tique porteuse. Cette maladie est fréquente dans le Sud-Ouest et doit inciter à la plus grande vigilance contre les tiques.
Le parasite appelé Babesia ou Piroplasme pénètre et se multiplie dans les globules rouges qu'il fait éclater libérant l'hémoglobine dans le sérum sanguin. Chez l'homme la maladie comparable est le paludisme ou malaria (transmis par les moustiques) mais qui évolue sous une forme chronique alors que la piroplasmose évolue sous une forme aiguë pouvant tuer un chien en trois jours.

Les signes:

La destruction des globules rouges entraîne fièvre et anémie: les muqueuses du chien deviennent roses puis blanches. L'hémoglobine libérée est évacuée par les reins dans les urines qui deviennent rouges. L'hémoglobine est transformée par le foie en bilirubine jaune marron qui est évacuée dans la bile et colore les selles en marron très foncé, dans les urines qu'elle colore en marron et dans tout l'organisme coloré en jaune: c'est ce que l'on appelle ictère ou jaunisse.
frottis sanguin Cette destruction massive des globules rouges va avoir un retentissement sur tout l'organisme par l'anémie qui empêche l'oxygénation des tissus, par la surcharge de travail pour le foie et les reins, et parfois par des perturbations du système immunitaire qui continue à détruire les globules rouges puis les plaquettes, qui aggrave l'insuffisance rénale et qui peut provoquer des microcaillots et un phénomène de choc.
Le diagnostic est difficile à faire au tout début de la maladie précédée parfois par des prodromes: boiterie, légère fatigue puis la maladie éclate et le principal symptôme est l'abattement brutal et profond, puis apparaissent les diverses manifestations colorées décrites plus haut mais il peut être déjà trop tard. Le vétérinaire confirmera le diagnostic par une analyse d'urine et un frottis sanguin de sang périphérique prélevé à l'oreille où l'on peut souvent voir au microscope les parasites dans les globules rouges. Il pourra ordonner d'autres analyses pour estimer l'anémie, l'atteinte rénale etc... En général le diagnostic et le traitement sont faits à la première consultation tandis que le pronostic ne peut être établi que 24 à 48 heures plus tard.

Le traitement

Le traitement est d'autant plus efficace que la maladie est prise tôt: la piroplasmose peut être considérée comme une urgence, le chien traité le dimanche peut être guéri le lundi, tandis que le chien ayant attendu le lundi sera dans un état beaucoup plus avancé et le traitement beaucoup plus compliqué onéreux et aléatoire.
Le traitement doit être fait par un vétérinaire il n'existe actuellement aucun produit actif par voie buccale, les antibiotiques sont inactifs, il n'existe que des produits spécifiques contre la piroplasmose, de plus la maladie déclarée non traitée est toujours mortelle. Le traitement consiste en une ou plusieurs injections suivant l'état du chien. L'amélioration doit être rapide, souvent en 24 heures, sinon c'est quil y a une complication et l'animal doit être absolument revu par le praticien.

La prévention

La prévention comprend la lutte contre les tiques, la vaccination et la chimioprévention.
Votre vétérinaire vous conseillera sur les produits les plus actifs dans votre région pour la lutte contre les tiques qui sont des acariens (4 paires de pattes) et non des insectes (3 paires de pattes) et qui résistent donc à certains insecticides.
Voir la page consacrée à la lutte contre les tiques.
La vaccination est d'une efficacité inégale suivant les chiens et elle ne dispense pas de la lutte contre les tiques. Elle est néanmoins intéressante car elle apporte une protection supplémentaire au chien.
La chimioprévention consiste en l'administration préventive d'un traitement actif sur les proplasmes qui protègera l'animal pendant à peu près 1 mois.